Featured Video Play Icon

EdTech: y’a-t-il un avenir pour la french touch de l’éducation?

Organisée par Learn Assembly, l’université collaborative des entrepreneurs, la French Touch de l’éducation, rendez-vous de la EdTech française, vient de se tenir à la Sorbonne à Paris. Au programme de cet événement destiné aux innovateurs de l’éducation : Comment valoriser la filière EdTech française et la transformation digitale des professionnels de la formation. « Aujourd’hui, dans ce domaine, les startups en France ont tendance à rester petites par rapport aux géants américains » explique Antoine Amiel, co-fondateur de Learn Assembly.

Cette cinquième édition a réuni journalistes, grandes écoles, universités et évidemment startups. Aujourd’hui il existe à peine une cinquantaine de startups françaises dans le domaine des EdTech. « Les modèles économiques sont encore floues. Les startups doivent prouver que leur modèle est crédible ». A.Amiel.  Parmi-elles, étaient présentes : eduPad, des applications mobiles éducatives du primaire au collège, LiveMentor qui propose des experts pour des cours particuliers en ligne ou encore AppsCho, une application mobile qui permet de digitaliser l’ensemble du parcours académique.

Selon une récente étude, en seulement six mois, les startups de l’éducation aux États-Unis ont levé 1 milliard de dollars contre 40 à 50 millions en France. « La France a beaucoup de startups et de potentiel, il faut donc créer des filières plus structurées pour développer cette french touch de l’éducation ». A.Amiel.  Sommes-nous donc sur le chemin sans retour d’une e-éducation en France sous l’influence de grandes plateformes américaines ? DBN est allé posé la question à des experts à l’occasion de cette conférence. Reportage ! @learnassembly 

Laisser un commentaire