Featured Video Play Icon

Inside LeBonCoin.fr

Qui est derrière ce succès incroyable du web qui revendique 17.5 M de VU mensuels  et s’accroche solidement à la seconde place du classement des sites français les plus visités ? Pourquoi Le Bon Coin reste-t-il si fidèle à son principe de gratuité ainsi qu’à sa célèbre et si moche page d’accueil ? Quelle est la véritable histoire de ce descendant direct mais au caractère affirmé d’un site suédois créé en 1996 ?  A quoi ressemblent les nouveaux locaux de la société dans le 8ème arrondissement parisien ?

Digital Business News est parti à la recherche de réponses à ces questions ainsi qu’à quelques autres dans un Inside exceptionnel guidé par Antoine Jouteau, Directeur Général Adjoint, marketing et commercial de LeBonCoin.fr.   @LeCoinDesAfairs @ajouteau

Interview :

Bertrand Lenotre : Bonjour Antoine Jouteau,

Antoine Jouteau : Bonjour,

Bertrand Lenotre : Ici, il y a 5 étages, ceux sont les locaux du Bon Coin, tout ressemble à cet endroit là, cet open-space qui est un des nombreux qu’il y a dans le bâtiment.

Antoine Jouteau : Alors oui, c’a fait quelques mois que l’on est installé dans ces nouveaux bâtiments et en effet on a essayé d’aménager les plateaux par thème de travail, vous avez un plateau pour la finance et l’administration, vous avez des plateaux pour le produit et les ventes.

Bertrand Lenotre : Il y a combien de personnes qui travaillent là ?

Antoine Jouteau : Ici, dans les locaux du Bon coin, on parle d’une grosse centaine de personne et on parle aussi de nouveaux arrivants, puisque des filiales sont en train d’arriver, de sociétés qu’on est en train de racheter qui sont en train de nous rejoindre pour occuper ce bâtiment.

On est à la recherche de participation dans des start-up qui ont du potentiel, on vient d’intégrer Mr Drive qui est au 5ème maintenant et qui, en effet, vient d’intégrer nos locaux pour qu’on les incube et qu’on les entoure de bons conseils.

Nous avons 2 sites, on va dire le Siège qui est à Paris, même si je n’aime pas trop le terme, en effet la moitié des effectifs, aujourd’hui, sont en Bourgogne à Montceaux les Mines.

Antoine Jouteau : La réussite du Bon Coin, c’est une interface utilisateur très facile, très simple et très intuitive, mais derrière, il y a une infrastructure. Il y a des équipes de développement qui sont importantes et qui ont vocation à grandir, parce que les enjeux technologiques sur internet, sur le web et sur le mobile sont très importants et il faut qu’on suive cette tendance pour affronter nos futurs défis.

Bertrand Lenotre : Là, nous sommes dans la cafeteria, qui s’appelle chez Georgette, mais ce n’est pas pour rien que ça s’appelle chez Georgette en fait cet endroit.

Antoine Jouteau : Non ce n’est pas pour rien, c’est en hommage à la grand-mère d’Olivier.

Bertrand Lenotre : Olivier Aizac.

Antoine Jouteau : Olivier Aizac, le Directeur Général. C’est un des noms qui avaient été présélectionnés par Olivier au moment du lancement du site comme Blocket, comme Côté Annonces, comme un certain nombre de noms, c’est Le Bon Coin qui a gagné à plat de couture, puisque 85 % des utilisateurs, ce sont des utilisateurs qui ont choisi Le Bon Coin, ont voté pour le Bon Coin.

Bertrand Lenotre : Blocket, c’était l’ancêtre suédois, il existe toujours j’imagine ?

Antoine Jouteau : Oui, Blocket.

Bertrand Lenotre : C’est le modèle en fait ?

Antoine Jouteau : C’est le modèle, c’est un site qui a été lancé à la fin des années 90 par un ingénieur fou, fan de vides greniers et très talentueux, racheté au début des années 2000 par une société norvégienne qui s’appelle Shift Head. Il y a 40 pays dans le monde aujourd’hui qui sont sous ce modèle là, avec une présence sur tous les continents, Asie, Afrique, Amérique du Sud, Europe, Europe de l’Est et aujourd’hui les modèles, en effet la technologie est plutôt Blocket mais le modèle, le business modèle c’est Le Bon Coin qui l’a inventé. Pourquoi ? Parce-que le modèle de Blocket, c’est un modèle payant pour les particuliers, qui payent quand ils déposent leurs annonces, alors que Le Bon Coin a mis en place la gratuité et donc les regards sont un peu plus tournés vers Le Bon Coin, parce que c’est nous qui avons créé une vitesse réelle et qui avons prouvé que nous étions capables d’exporter le modèle autre qu’en Suède.

Bertrand Lenotre : Si je vous dis Antoine, que votre home page est très moche et qu’elle n’a pas bougé depuis des années, vous me dites quoi ?

Antoine Jouteau : je vous dis que oui je sais, je le revendique. En fait le site a beaucoup changé depuis 5 ans, il va continuer à changer puisque la page des annonces va changer d’ici quelques mois et la page d’accueil, c’est la dernière page qu’on changera. Pourquoi ? Parce que c’est une page qui est un peu emblématique

Antoine Jouteau : Je suis arrivé, on était juste 5 personnes, dans un open-space qui était à peine plus grand que celui-ci, il y avait Olivier Aizac, qui était Directeur Général de l’époque et puis 3 développeurs et une responsable éditoriale, on était une petit équipe et puis à l’époque, je faisais un peu tout, tout ce qui concernait le marketing et le commercial.

Bertrand Lenotre : Et c’était quoi l’audience à l’époque ?

Antoine Jouteau : A l’époque c’était 4 millions de visiteurs mois.

Bertrand Lenotre : C’était déjà pas mal

Antoine Jouteau : C’était un très gros site mais qui n’était pas dans le top 50, les sites les plus consultés (4,26 inaudible), aujourd’hui, c’est plutôt le numéro 6, donc évidemment ça tient beaucoup au rendu.

Bertrand Lenotre : Il y a vraiment 500 000 nouvelles annonces par jour qui vous arrivent ?

Antoine Jouteau : On parle plutôt de, en ce moment, de 600 ou 800 000, on avait fait un pic à 885 000 il y a quelques semaines donc, et on devrait franchir le million d’annonces déposées par jour à la fin de l’année.

 

Laisser un commentaire