Featured Video Play Icon

Inside Mister-Auto

Avec un chiffre d’affaires de 100 millions d’euros en 2013, Mister-Auto est l’une des grandes références de la vente de pièces détachées en ligne et l’un des grands succès du e-commerce français à l’échelle européenne.

Allemagne, Autriche, Portugal, Angleterre, Roumanie… La société, dont le siège se situe à Genas, près de Lyon, est depuis 2011 présente dans 22 pays en Europe. Son impact est tel, que pour la première fois Mister-Auto est devenu aussi rentable à l’international.

Par ailleurs, récemment, Iris Capital et Bpifrance ont investi 10 millions d’euros dans l’entreprise pour permettre au groupe de poursuivre sa croissance à 3 chiffres. Ces 4 dernières années, Mister-Auto a en effet réalisé une croissance de plus de 120% par an.

L’explosion de Mister-Auto a pourtant failli ne jamais se réaliser puisqu’il y 5 ans, la société initiale, sur le marché B2B traditionnel, était menacée de dépôt de bilan avant un virage numérique B2C porteur de réussite.

Face à cette ascension impressionnante, Digital Business News a rencontré Rémi Saby, Président-fondateur de Mister-Auto. Inside !

Bertrand Lenotre : Bonjour Rémy Saby.

Rémi Saby : Bonjour Bertrand.

Bertrand Lenotre : On est ici dans les locaux de Mister Auto, on est à Génas, tout près de Lyon, ce qui n’explique pas ce maillot vert derrière, d’ailleurs.

Rémi Saby : Le maillot vert derrière, c’est donc le maillot de l’ASSE, puisque Mister Auto est sponsor de l’ASSE depuis maintenant 3 ans, moi je suis stéphanois d’origine et puis le fait de sponsoriser l’ASSE pour Mister Auto a été important, parce que c’est un club avec lequel on partage beaucoup de nos valeurs.

Bertrand Lenotre : Vous avez à faire avec ce qui commence par AS, il y a eu l’ASN au départ, c’est la société qui a donné naissance à Mister Auto ?

Rémi Saby : Tout à fait, l’activité a commencé avec l’ASN, qui était une société qui était spécialisée dans le BtoB, donc nous vendions des pièces autos aux réparateurs et aux démolisseurs et suite à quoi ASN a été transformée en fait en activité de e-commerce en BtoC.

Bertrand Lenotre : Ça s’est passé vers 2008/2009 la transition et elle s’est faite de façon quasi imposée par la crise, d’une certaine façon.

Rémi Saby : Quasi imposée par la crise, oui, parce que en fait, sur le marché traditionnel, on se rendait compte qu’il y avait une grosse bataille commerciale sur les prix et en fait l’idée est venue, la question s’est posée, comment est-ce qu’on peut faire pour vendre des pièces directement aux particuliers. La réponse après quelques recherches a été internet.

Bertrand Lenotre : Parce qu’apparemment ASN connaissait vraiment un moins bien, on va dire ça comme ça, et vous alliez mettre la clé sous la porte si vous ne faisiez rien, d’une certaine façon.

Rémi Saby : Oui, c’est quand même plus facile de prendre une décision quand on est un peu aculé et qu’on sait, que ce qu’on est en train de faire, de toute façon, ne marchera plus.

Bertrand Lenotre : Résultat, aujourd’hui, c’est un carton, plus de 100 millions de chiffre d’affaires, plus de 100 personnes, vous êtes sur une vingtaine de pays, avec une expansion internationale qui n’en finit plus, là c’est toute l’Europe que vous attaquez maintenant.

Rémi Saby : Toute l’Europe, nous sommes effectivement sur 22 pays aujourd’hui, un petit peut en dehors de l’Europe parce qu’on vend en Suisse. Ceci dit, la majorité de notre chiffre à l’export bien évidemment se fait dans l’Europe avec des pays proches comme l’Allemagne ou l’Angleterre.

Le code du produit est le même dans tous les pays, donc ça simplifie beaucoup sur la pièce auto, vous achetez une plaquette de frein emballée en Espagne ou en Norvège, le code est le même, le produit est le même, ca, ça aide beaucoup pour se développer.

Après, à notre niveau à nous, l’idée a été de dire, on ne crée pas de division internationale, c’est veut dire que Mister Auto n’est pas franco/français, est né de toute façon international, pour nous vendre en Suède, vendre en Espagne ou en France, la problématique est la même et les gens qui s’occupent de cette dynamique là sont les mêmes, en fait nous sommes un des seuls sites à avoir notre propre stock, aussi parce que nous sommes un des seuls à avoir notre propre marque.

Là nous sommes dans la logistique expédition de Mister Auto, c’est donc d’ici que partent toutes les commandes, tous les jours, pour toute l’Europe.

Bertrand Lenotre : Ca veut dire que toutes les pièces sont stockées ailleurs, dans un autre hangar.

Rémi Saby : Il y a une grosse partie des pièces qui sont expédiées, qui viennent de nos stocks qui se trouvent à 1 km d’ici, et le reste des pièces arrivent en cross-docking de nous fournisseurs tous les jours.

Bertrand Lenotre : Ca veut dire quoi cross-docking ?

Rémi Saby : Cross-docking, ça veut dire que toutes les 4 heures, nous avons un robot qui passe des commandes à nos fournisseurs et nos fournisseurs nous livrent plusieurs fois par jours, pour ceux qui sont régionaux et une fois par jour pour les nationaux.

Bertrand Lenotre : Alors ici, il y a des gens qui emballent, il y a des gens qui stockent des pièces à d’autres endroits et il y a aussi des gens qui fabriquent du contenu, parce que vous fabriquez du continu via un blog, vous essayez d’être présent là sur ca.

Rémi Saby : Bien sûr, il y a des gens dans les bureaux, nos web marketing qui fabriquent du contenu, qui expliquent notre métier, qui expliquent comment on doit monter les pièces, qui parlent de Mister Auto et qui essaient de faire en sorte que sur tous les pays d’Europe, que l’internaute puisse avoir des informations sur notre activité.

Bertrand Lenotre : Il y a eu 2 levées qui étaient importantes, dont une assez récemment finalement.

Rémi Saby : Oui, la dernière levée a été faite au mois de Novembre, la BPI et Risque Capital sont rentrés au capital de Mister Auto, pour une levée d’un montant de 10 millions d’euros. Donc cette levée, elle a pour but de développer, d’accélérer encore notre développement à l’international. En 2013, le groupe Mister Auto à un résultat net positif et donc ça a beaucoup aidé les investisseurs.

Bertrand Lenotre : Donc vous êtes passés du bon côté de la barre en étant cette fois ci,

Rémi Saby : Finalement, nous sommes passés du bon côté de la barrière après 5 ans de gros efforts.

Bertrand Lenotre : Qu’est-ce que vous avez appris de l’ancienne économie qui vous a servi dans celle-là et qu’est-ce que vous apprenez de celle-là, que vous auriez dû comprendre dans l’ancienne.

Rémi Saby : Mais j’allais vous dire, j’ai tout appris de l’ancienne économie, l’internet, ce n’est pas une économie, c’est un vecteur, si vous ne savez pas travailler dans l’ancien modèle, vous ne saurez pas travailler sur internet.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire