Featured Video Play Icon

Inside Solocal Group (ex PagesJaunes)

Mappy, Chronoresto, A vendre à louer et évidemment Pages Jaunes, Solocal Group, c’est 17 marques au total pour un CA de près d’un milliard d’euros, dont 63% sur ces activités numériques.

Développeurs, commerciaux digitaux ou encore chefs de projet web, le groupe emploie 5 000 personnes à Rennes et à Bordeaux, ainsi que 1 500 au siège social de Sèvres.

Solocal est depuis quelques années en pleine ré-invention avec un objectif annoncé : atteindre d’ici à 2015 75% de son CA via le numérique. Une recomposition qui en passe notamment par une diminution de sa production papier, même si les célèbres annuaires restent toujours très recherchés en régions.

Digital Business News s’est infiltré dans les locaux de ce géant français qui se projette de plus en plus à l’international, développe sa présence mobile et innove dans les services web to store. Inside avec son DG délégué et DG Pages Jaunes, Christophe Pingard@SolocalGroup @PagesJaunes

Interview :

Bertrand Lenotre : Bonjour Christophe Pingard.

Christophe Pingard : Bonjour Bertrand.

Bertrand Lenotre : On est ici, chez Solocal Group en fait, c’était pages jaunes Group, il y a encore quelques mois.

Christophe Pingard : Il y a 1 an et demi.

Bertrand Lenotre : 1 an et demi, ça c’est bien passé la transition du groupe.

Christophe Pingard : La transition du nom sur le groupe, pas de difficultés particulières, puisque toute façon, on a considéré qu’on gardait Pages Jaunes comme une de nos marques commerciales.

Bertrand Lenotre : Ici, c’est le paquebot amiral, on est à Sèvres, il y a combien de personnes sur l’ensemble des 5 000 du groupe qui travaillent ici ?

Christophe Pingard : Sur le site de Sèvres, on n’est pas loin de 1700 / 1800 de mémoire. On a toutes les entités dites corporates, plus aussi des équipes téléventes, mais aussi une grande partie de nos équipes de création autour du média, on a aussi des équipes qui travaillent à Rennes et à côté de Bordeaux qui sont très web. On ne peut pas considérer qu’on a des parties web et print, puisqu’en fait on produit l’ensemble de nos contenus sur l’ensemble de ces sites, donc Solocal Group c’est 17 marques dont évidemment, ce que vous appelez un peu le vaisseau amiral Pages Jaunes, mais nous avons aussi Mappy pour le local et donc la capacité à avoir la cartographie locale, la capacité à réserver ses restaurants on utilise les technologies de clic rendez-vous, pour pouvoir se commander ses repas nous avons chrono resto, on peut avoir les agences immobilières à travers « à vendre » « à louer » donc notre panel d’activités il est évidemment uniquement centré sur le local mais très large.

Bertrand Lenotre : On a changé de lieu, c’est bien coloré d’ailleurs ici, le chiffre d’affaires du groupe s’est un petit peu tassé depuis quelques années, sous l’effet de la crise et l’effet d’une restructuration complète de ce groupe là vers le numérique en fait.

Christophe Pingard : C’est plus qu’un projet, c’est une ambition qu’on souhaite véhiculer au travers des années, on s’est fixé 75 % en 2015, mais c’est aussi avoir une entreprise qui devienne complètement une entreprise digitale, avec des modes de fonctionnement digitaux, des organisations, on est sur de bonnes tendances, maintenant, il faut accompagner doucement le ralentissement des produits papier mais qui continuent d’être utilisés de manière encore significative dans un certain nombre de régions.

Bertrand Lenotre : Il y a énormément de gens qui utilisent ça.

Christophe Pingard : Alors, ce qui est sûr, c’est que les études qu’on mène, montrent qu’il y a encore énormément, ce que l’on appel nous, d’actes de consultations puisqu’on est proche de 800 millions d’actes par an de consultations des annuaires, il faut garder ça en tête, ça reste un support qui reste très utilisé, parce que parfois, très pratique.

Bertrand Lenotre : Ça veut dire que votre métier historique, celui d’il y a 10 ans, le commercial qui fait ding dong chez le boucher et qui va essayer de vendre une pub, est-ce que c’est toujours celui-là ou est-ce qu’il a radicalement bougé ce métier.

Christophe Pingard : Je pense que ce qui a bougé, c’est le boucher, le boucher maintenant, pour communiquer, il a différents médias à sa disposition, d’où notre métier doit changer et c’est la raison pour laquelle on s’organise déjà autour des métiers de nos clients, donc c’est toute la structuration de l’entreprise autour de métiers verticaux pour leur apporter des solutions de communication complètent pour communiquer localement à l’ensemble de leurs clients.

Bertrand Lenotre : Et vous avez sorti, il y a 1 mois, 1 mois et demi, une application et la, la partie mobile est très très importante dans ce que vous faites chez les pages jaunes.

Christophe Pingard : Ça représente déjà plus de 30% de nos audiences, elle va continuer de se développer, on va continuer de développer des applications mobiles, on parle de l’application mobile que vous avez vu sur l’Iphone, mais il faut être présent sur tous les types de technologie, on a évidemment aussi des solutions sur Android, il faut aussi évoluer vers les tablettes. Pour nous c’est absolument stratégique d’évoluer vers le mobile et de proposer des solutions à nos utilisateurs et à nos clients sur le mobile.

Bertrand Lenotre : Vous êtes arrivés en quelle année dans le groupe, il n’y a pas très longtemps finalement.

Christophe Pingard : Fin 2011, en novembre 2011.

Bertrand Lenotre : Vous, vous venez du monde du tourisme entre autre.

Christophe Pingard : Non, je considère que je viens plus du monde de l’internet, c’est-à-dire que Expédia, c’est avant tout une boite du on-line, du digital. Je suis venu pour faire passer cette culture de la vitesse, de l’entreprenariat, du franc-parler, parce que je pense que dans le digital, il faut se dire les choses, il faut aller vite, il faut avoir l’esprit clients, plus l’esprit clients que l’esprit commercial.

Bertrand Lenotre : Quel est la vision au-delà de l’objectif 2015 dont on a bien compris l’idée essentielle sur la stratégie du web, quel est l’objectif à 5 ans par exemple.

Christophe Pingard : Pour moi, l’objectif à 5 ans, c’est d’être clairement un leader européen dans le digital, si on est, en plus, leader sur plusieurs marchés dans ces métiers on aura réussi notre pari.

Une réflexion au sujet de « Inside Solocal Group (ex PagesJaunes) »

  1. Ping : Inside Solocal Group ex Pages Jaunes | PagesJau...

Laisser un commentaire