Featured Video Play Icon

Sowarga​ en route vers un simulateur de vol des réseaux sociaux

Initié par deux entrepreneurs, Fabrice Epelboin – spécialiste du web social et Vincent Pinte Deregnaucourt – expert scientifique, Sowarga (Social War Games) est en phase de test grandeur nature à Sciences Po Paris pour aboutir à un véritable simulateur de gestion de crise et de formation aux réseaux sociaux.

Les initiateurs de Sowarga comparent leur outil à ce qu’est un flight simulator pour les pilotes. Capable de virtualiser toutes les situations, y compris les plus dramatiques, il offrira aux entreprises, les plus grandes à priori, une solution inédite de préparation à la gestion de crise via les réseaux sociaux. Les exemples ne manquent en effet pas de grandes marques débordées par leur manque de réactivité face à : un événement majeur, une erreur de communication ou l’attaque pure et simple d’un de leurs concurrents, maquillée en comportements de foule, une pratique de guerre économique de plus en plus élaborée.

logosowarga

La plateforme de simulation, encore en phase alpha à ce jour, intègre des couches d’intelligence artificielle pour créer une simulation réaliste du comportement de foule mais aussi de machine learning. Les scénarios proposés ne sont pas pour autant le fruit de machines, ils sont scrupuleusement construits au préalable par la startup qui peut, grâce à son outil de création de scripts peut imaginer toutes les pistes de développement d’une situation, du crash virtuel sur les réseaux sociaux à la résolution heureuse d’une crise.

L’un des crédos des créateurs de Sowarga est que la connaissance des mécanismes des réseaux sociaux ne doit plus être aujourd’hui dans les seules mains des community managers mais qu’elle sera demain indispensable à tous les acteurs d’une entreprise, notamment en matière de marketing. Sowarga sera donc aussi et peut-être même avant tout un outil de formation.

Rencontre avec Fabrice Epelboin (@epelboin) et Vincent Pinte Deregnaucourt (@vicnent) en deux vidéos : une version de 3’50 et l’échange intégral parce que passionnant avec Fabrice Epelboin.

 

Laisser un commentaire